Socrate et le jeune homme qui voulait être sage

C’est l’histoire d’un jeune homme qu est allé voir Socrate pour lui demander comment faire faire pour devenir sage.

« Viens avec moi » répondit Socrate.

Il amena le jeune au bord de la rivière, saisit sa tête et la plongea dans l’eau en la maintenant jusqu’au point où le jeune arriva a manquer d’air.

Alors il releva la tête du jeune homme hors de l’eau.

Quand le jeune jeune homme retrouva sa respiration, Socrate lui demanda: « Que voulais-tu le plus quand ta tête était sous l’eau? »

« Je voulais de l’air » répondit le jeune homme.

Socrate sourit et dit: « Quand tu desireras la sagesse autant que tu as desiré l’air quand ta tête était sous l’eau, tu l’auras. »

C’est le temps de te demander: Desires tu quelque chose autant que tu desirerait l’air quand ta tête est sous l’eau?

Le mal n’existe pas

EST-CE QUE DIEU A CREE TOUT CE QUI EXISTE ? « Un professeur universitaire a défié ses étudiants avec cette question : – Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe ? Un étudiant a bravement répondu : – oui, Il l’a fait ! Le professeur a dit : – Dieu a tout créé ? – Oui, monsieur, a répliqué l’étudiant. Le professeur a répondu : si Dieu a tout créé, il a donc aussi créé le mal, puisque le mal existe et selon le principe de nos travaux qui définissent ce que nous sommes, alors Dieu est mauvais. L’étudiant était resté silencieux devant une telle réponse. Le professeur était tout à fait heureux de lui-même et il se vantait aux étudiants qu’il avait prouvé encore une fois que la foi était un mythe. Un autre étudiant a levé sa main et a dit : – Puis-je vous poser une question professeur ? – Bien sûr, a répondu le professeur. L’étudiant a répliqué : – Professeur, le froid existe-t-il ? – Quel genre de question est-ce, cela ? Bien sûr qu’il existe. Vous n’avez jamais eu froid ? a répliqué le professeur. Le jeune homme a répondu : – En fait monsieur, le froid n’existe pas. Selon la loi de physique, ce que nous considérons comme le froid, est en réalité l’absence de chaleur. Tout individu ou tout objet possède ou transmet de l’énergie. La chaleur est produite par un corps ou par une matière qui transmet de l’énergie. Le zéro Absolu (-460°F) est l’absence totale de chaleur ; toute la matière devient inerte et incapable de réagir à cette température. Le Froid n’existe pas. Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons si nous n’avons aucune chaleur. L’étudiant a continué : – Professeur, l’obscurité existe-t-elle ? Le professeur a répondu : – Bien sûr qu’elle existe ! L’étudiant a répondu : – Vous avez encore tort Monsieur, l’obscurité n’existe pas non plus. L’obscurité est en réalité l’absence de lumière. Nous pouvons étudier la Lumière, mais pas l’obscurité. En fait, nous pouvons utiliser le prisme de Newton pour fragmenter la lumière blanche en plusieurs couleurs et étudier les diverses longueurs d’onde de chaque couleur. Vous ne pouvez pas mesurer l’obscurité. Un simple rayon de lumière peut faire irruption dans un monde d’obscurité et l’illuminer. Comment pouvez-vous savoir l’espace qu’occupe l’obscurité ? Vous mesurez la quantité de lumière présente. N’est-ce pas vrai ? L’obscurité est un terme utilisé par l’homme pour décrire ce qui arrive quand il n’y a pas de lumière. Finalement, le jeune homme a demandé au professeur : – Monsieur, le mal existe-t-il ? Maintenant incertain, le professeur a répondu : – Bien sûr comme je l’ai déjà dit. Nous le voyons chaque jour. C’est dans les exemples quotidiens de l’inhumanité de l’homme envers l’homme. C’est dans la multitude des crimes et des violences partout dans le monde. Ces manifestations ne sont rien d’autre que du mal ! L’étudiant a répondu : – le Mal n’existe pas Monsieur, ou du moins il n’existe pas de lui-même. Le Mal est simplement l’absence de Dieu en soi. Il est comme l’obscurité et le froid, un mot que l’homme a créé pour décrire l’absence de Dieu en soi. Dieu n’a pas créé le mal. Le Mal n’est pas comme la foi, ou l’amour qui existe tout comme la lumière et la chaleur. Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand l’homme n’a pas l’amour de Dieu dans son cœur. Il est comme le froid qui vient quand il n’y a aucune chaleur ou l’obscurité qui vient quand il n’y a aucune lumière. Le professeur s’est assis. » Le nom du jeune homme ? Albert EINSTEIN.

Merci

Merci pour le temps que vous consacrez à la lecture de cet article. J’ai décidé de vous parler d’un petit mot très simple de cinq lettres, facile à prononcer et d’un effet très positif dans la vie courante. Je sais que vous l’avez déjà deviné et c’est bien de merci qu’il est question. Le mot merci s’inscrit dans une logique de reconnaissance et de gratitude vis-à-vis de la vie et de votre entourage.
Si vous êtes entrain de lire cet article, alors vous devez déjà remercier Dieu pour vous avoir donné des yeux capables de lire et plus globalement de vous connecter au monde extérieur. Souvent, nous ne percevons pas toutes les merveilles de Dieu dans notre vie. La vue l’odorat, l’ouïe, les pieds, les mains, l’intelligence… sont tant de dons de Dieu qui méritent gratitude et reconnaissance de notre part. Depuis que je l’ai compris, je remercie Dieu chaque matin quand je me réveille. Je vous parle de la gratitude vis-à-vis de Dieu et de la Providence car ceci vous aiderez à l’appliquer à vos parents, amis, collègues… votre entourage. Dire merci à quelqu’un pour un service rendu signifie « j’ai aimé et je souhaite que tu en fasses davantage ». De ce fait, vous encouragez votre vis-à-vis à faire mieux autant que possible et de façon engagée. Ceci s’applique partout sans aucune distinction que ce soit votre femme, votre époux, vos enfants, vos collègues… n’oubliez pas de dire merci.
Ne commettez surtout pas l’erreur qui consiste à croire que c’est son travail, son devoir ou sa responsabilité, même sans un mot d’encouragement il ou elle doit le faire. Il a beaucoup qui savent bien leur devoirs et responsabilités mais qui ne le font pas. Il faut alors remercier ceux qui le font et surtout les encourager à en faire davantage. Lorsqu’un papa dit merci à son enfant pour service rendu, loin de le rabaisser auprès de l’enfant, ce mot améliore l’estime personnelle de l’enfant et le rend plus respectueux vis-à-vis de son père. Le même constat se fait au sein des couples où chaque membre est constamment encouragé par les mots de remerciement et de gratitude de son conjoint. Je vous recommande de dire merci aux gestes le plus insignifiants à votre égard. Ces gestes sont certes insignifiants à vos yeux, mais ils ne le sont pas pour celui qui les a produit. Apprenez à dire merci autant que vous le pouvez et très facilement vous en ferez un mode de vie.
N’arrêtez pas d’être reconnaissant et de le traduire par tous les moyens dont celui le plus simple : dire merci. Quant à moi je remercie Dieu pour vous avoir donné l’opportunité de rencontrer ce site, de lire les articles et surtout de mettre en pratique les enseignements. Enfin, je vous remercie pour le temps consacré pour la lecture !

Sept règles de base pour apprendre à écouter

Ecouter semble très facile, mais exige un apprentissage. Il ne suffit pas d’entendre. Ecouter requiert attention et discipline. Les sept principes suivants se sont révélés efficaces pour capter à fond les messages d’un interlocuteur.
1- Regarder le visage. Si on est en train de faire autre chose, il faut mettre de côté cette chose et fixer le regard de votre interlocuteur, pas constamment ni avec un air de supériorité ou de manière inquisitrice.
2- La posture est significative. Lorsqu’on est assis, s’incliner légèrement en avant est une claire manifestation d’intérêt pour ce que dit la personne qui parle.
3- Montrer avec les gestes l’intérêt que l’on porte à ce que l’on est entrain d’entendre, mais sans exagération ; hausser les sourcils, opiner de la tête, sourire quand la conversation le demande…
4- Accompagner l’attitude d’écoute attentive de phrase appropriée comme « Je suis d’accord », « Bien sûr, bien sûr ! », « Je comprends ton point de vue ». Nous aimons tous vérifier que notre interlocuteur capte les idées que nous tentons de lui transmettre.
5- Poser des questions sensées, courtoises et opportunes. On peut encourager la personne en formulant des questions qui montrent le réel intérêt de l’auditeur.
6- Ne pas interrompre ni contredire. Il est nécessaire de laisser celui qui parle terminer l’exposé complet de sa pensée avant de commencer à formuler la nôtre. Et notre objectif ne doit jamais être, en aucun cas de démontrer à l’autre personne qu’elle est dans l’erreur, mais d’exposer notre point de vue de façon assertive et à la première personne du singulier
7- Ecouter encore un peu plus. Lorsqu’on pense avoir terminé d’écouter on doit prolonger son attention pendant encore trente secondes.

Extrait de Vivez, Communiquez, Nancy Van Pelt

Contrôler votre colère

Les rares valeureux de ce monde qui sont prêts à frapper droit au cœur de tout ce qui les empêche d’atteindre leur but, ne peuvent s’empêcher de se forger une personnalité solide et brillante. Cette personnalité magnétique que certaine personne possède naturellement doit être par contre travaillée et maîtrisée par la plupart des gens.
La colère résulte de la frustration à laquelle nous sommes exposés tous les jours. La frustration est l’étape avant la colère. Toutes les émotions déclenchent en nous des bouleversements physiques. La colère surgit lorsque nous sommes soumis à un stress. Conséquences : notre corps mobilise de nombreuses ressources, le rythme cardiaque s’accélère, l’afflux sanguin et notre sensibilité nerveuse sont plus importants, les poils se hérissent, le visage devient rouge et nous subissons de puissantes décharges hormonales. Au fil du temps, les accès de colère peuvent avoir un effet néfaste sur l’organisme et provoquer des ulcères à l’estomac. Lorsque nous sommes gagnés par la colère, on se sent mal à l’aise, des expressions indésirables s’affichent sur notre visage. De ce fait, les autres se sentent à leur tour gênés, et n’ont pas envie de nous adresser la parole. Notre énergie mentale et physique se détériore. Lorsque nous ressentons de la colère et de la haine, la nuit, nous ne pouvons pas bien dormir. Le lendemain, notre esprit n’est pas très clair et nous avons du mal à nous concentrer. Notre régime alimentaire en est affecté : ou bien nous n’avons plus d’appétit ou au contraire nous dévorons. Pire que tout, tous nos sens et notre sagesse en sont affectés, au point où nous devenons très brutaux et éhontés. Quoique nous fassions nous sommes incapables de réfléchir au bien-fondé ou non de ce que nous faisons. Nous ressentons l’impulsion de bousculer les autres et nous avons tendance à en parler négativement. Voire, nous perdons nos amis, notre famille, la santé, le mérite…
Les gens colériques se sont habitués à un mode de communication par une éducation qui a sans doute favorisé cette habitude de colère. Par contre, il est aujourd’hui impossible d’établir une quelconque cause génétique à la colère », souligne Stéphane Rusinek. Pourtant, au sein de notre entourage, nous connaissons tous une personne plus réactive que la normale. On dit souvent de cette personnes qu’elle a « le sang chaud » ou encore « un fort tempérament », alors qu’elle cache parfois un manque de confiance, ou une anxiété exacerbée. Reste que les colériques souffrent eux aussi de leur comportement.
Je vous demande de ce fait combien de fois avez-vous été frustré ? Rappelons que la frustration est l’étape qui précède la colère. Nous ne pouvons quand même pas compter toutes les fois qu’on a été frustré ! Me répondrez-vous peut-être ! Vous ne pouvez pas dénombrer le nombre de fois où vous avez été frustré parce que vous permettez au milieu extérieur de vous imprimer votre état d’esprit. C’est triste. Combien de fois allez-vous laisser conduire par les autres à travers leurs comportements ? « Êtes-vous content parce que tout va bien ? » ou « tout va bien parce que vous êtes content ? » Il vaut mieux pour vous que ce soit le dernier cas. Si vous laissez les autres, les événements, votre entourage, vous dicter votre conduite, vous allez mener une vie chaotique. Il n’y a rien à faire, personne ne peut vous venir en aide. Il revient à vous et à vous seul de vous forger une personnalité solide joyeuse souriante, impénétrable aux mauvaises humeurs et à la colère. Je pense à ce sujet au journaliste chroniqueur béninois Jérôme Carlos, qui affirmait dans une interview rapportée dans une revue « Ça fait 40 ans que je ne me suis plus fâché ». Il poursuit en disant : « En entreprise, il y a des conflits à gérer, si je me fâchais, je compliquerais les choses ». Revenant à vous ; laisser-moi vous dire que je crois en votre capacité intrinsèque et je vous assure vous pouvez y arriver aussi. Lorsque vous serez imperméables aux critiques, à ce que les autres pensent, et aux événements jugés malheureux, les gens vous regarderont et se demanderont « que fait-il donc, que je ne fais pas ! ». Oui, vous serez un champion lorsque vous n’aurez plus peur du qu’en dira-t-on et que vous prendrez la noble responsabilité de servir votre communauté et d’apporter un plus à votre génération. Action, action, action, je vous invite encore à l’action car les connaissances sans l’action ne sont pas des connaissances. Rendez-vous au sommet !

12 astuces nécessaires pour faire un exposé mémorable

Vous est-il déjà arrivé d’être appelé à faire une présentation importante devant un grand public, ou devant vos collègues ? Ou avez-vous été choisi pour présenter un discours à une occasion importante ? Si oui, surement vous avez déjà connu l’importance d’un bon discours ou d’une bonne présentation. Imaginez que vous délivrez un expose devant un parterre de personnalités et qu’après la présentation des gens pour qui vous avez une grande estime se rapprochent de vous pour vous féliciter. C’est des moments inoubliables que tout le monde apprécie. A l’opposé, imaginez que vous faites une présentation devant un parterre de gens et que durant votre présentation vous sentez que vous ennuyez les gens, vous vous rendez compte que les gens ne comprennent pas votre message, et qu’à la fin qu’ils se contentent de vous lancer de petit sourire de consolation ou que d’autres vous ignorent carrément. C’est des situations qui peuvent arriver, et qui d’ailleurs arrivent quand on est bien outillé, ou quand on ne s’est pas bien préparé. Il ne suffit pas de maitriser son sujet pour faire une bonne présentation, ou un beau discours. Il faut savoir et maitriser aussi certaines astuces.
Voici une liste de 12 astuces qui peuvent vous aider pour vos présentations, exposés ou discours.
1- Exprimez-vous
C’est très ennuyeux de voir de gens d’un certain rang les yeux rivés sur leur papier en train de lire leur discours. Cette attitude dépouille votre discours de son contenu. Quand vous faites une présentation publique ou quand vous faites un discours, ayez votre texte en vue si vous voulez, mais ne le lisez pas comme un journaliste présentateur. (Encore qu’ils ne lisent pas systématiquement). Maitrisez ce que vous voulez dire (je n’ai pas dit de bucher) et une fois devant votre audience fixez les et délivrez votre discours ou votre présentation avec une parfaite détente.
2- Soyez enthousiaste et détendu
Quand vous faites une présentation, soyez enthousiaste, c’est contagieux. N’oubliez pas tout le public ne regarde que vous. La façon dont vous vous sentez agira à surement sur votre public. Soyez donc détendu et enthousiaste. Ayez un bon sourire, vous verrez les gens vous souriront en retour et votre présentation se passera dans une bonne ambiance. Aussi, n’oubliez pas que pendant votre présentation c’est vous qui êtes au commande. Vous n’avez pas besoin de dire aux gens « faites silence », « écoutez-moi » mais la façon dont vous vous adressez au public fera que tout le monde vous donnera son attention.
3- Soyez heureux de l’opportunité de vous adresser à l’audience.
Parler en public est une opportunité à nulle autre pareille. Quoi qu’en soit la qualité de votre présentation, votre image restera dans la tête de votre audience. C’est une opportunité qui vous est donnée de vous « vendre » à l’audience. Rendez-vous en compte, et profitez en.
4- Saluer l’audience et complimenter la.
Ne sautez pas les deux pieds joints dans votre présentation. Prenez du temps pour saluer le public et complimenter la. Remerciez les gens pour leur disponibilité, etc. Commencez vos propos par de petites blagues (qui vont faire rire, d’accord ?) pour capturer l’attention du public.
5- Faites une brillante introduction
Il y a une seule occasion de faire une première impression. Si votre introduction est claire, précise et concise de façon à même susciter l’attention de public ; la présentation est gagnée. C’est en ce sens que l’introduction est considérée comme la partie la plus importante de la présentation. Même si vous n’avez pas le temps pour bien préparer la présentation, trouvez du temps pour cette partie, le reste suivra. N’oubliez pas pendant l’introduction de préciser votre temps de parole et n’allez pas au delà.
6- Parlez assez fort, et parlez pour tout le monde.
Ceci étant une présentation devant une certaine audience, les gens veulent vous entendre. Il va falloir parler assez fort pour se faire entendre de tous. Faites un test au début de votre présentation en demandant au gens derrière s’ils vous entendent. Si votre salle de présentation est munie de haut parleur et que vous utilisez un microphone, assurez-vous que la voie est bien réglée.
7- Gardez un contact visuel avec votre audience.
Ne parlez pas à vos notes ou à vos diapositives. Fixez le public, ne vous détournez pas. Si vous pouvez gagnez le « combat » à ce niveau, vous avez gagné leur confiance. Balayez des yeux le plus grand nombre que possible et maintenez ce contact visuel durant toute la présentation. Si vous pouvez fixer les gens dans les yeux sans « dégonfler », votre confiance en soi sera à son top niveau.
8- Maintenez l’audience motivée
Mettez votre audience à l’aise. N’oubliez pas que c’est vous qui êtes aux commandes. Alors détendez votre audience en utilisant de courtes blagues appropriées.
9- Attirez l’attention sur les points importants
Pendant une présentation, vous aimeriez que les gens puissent garder certains points capitaux en tête. Quand vous voyez qu’un point est assez important, faites une pause vocale et changez de ton.
10- Ne prêchez pas
Votre rôle est de faire passer un message clair et concis compréhensible par la majorité. N’attendez pas que tout le monde soit d’accord avec vous. Faites une présentation professionnelles. Ne vous répétez pas, soyez simple et direct.
11- Etudiez la réceptivité de votre message
Les gens vous suivent-ils ? Sont-ils suspendus à vos lèvres, ou sont-ils en train de bailler ou de lire les messages sur leur téléphone. Vérifiez les signaux que vous lancent l’audience et vous saurez s’il faut évoluer ou s’il faut changer de stratégie.
12- Finissez par une bonne conclusion
Résumez les points clés, revenez dessus brièvement tout en énonçant les perspectives.