7 COMPLOTS SUR L’ARGENT PRESENTES COMME SAGESSE FINANCIERE

Devenir riche requiert de la connaissance, une certaine façon de penser, d’agir, une relation saine avec l’argent. Cette certaine façon de penser semble être monopolisée par un petit groupe de personne qui prend le soin de le transmettre à sa descendance. Est-ce normal que seulement 1% de la population mondiale possède 66% de toutes les richesses de la terre ?

Nous avons fait l’objet des siècles durant, d’un lavage de cerveau qui maintient la plupart des gens dans la pauvreté. Voici 7 complots les plus répandus sur l’argent.

Complot n°1 : « Va à l’école »

Pendant des siècles et peut être pour longtemps encore, aller à l’école est perçu comme le moyen le plus sûr de réussir sa vie. ‘’L’école = succès’’ est une arnaque, un mensonge pour préparer de potentiels pauvres prêts à sauter sur le prochain offre d’emploi et vivre stressés le reste de leur vie. Aller à l’école ne vous apprend rien lorsqu’il s’agit d’intelligence financière. Ceci ne signifie pas que je suis contre l’instruction, mais l’éducation de base est largement suffisante. Au cas où vous désirez être un juriste, un docteur, un enseignant…, et bien, vous aurez besoin d’aller loin dans les études… pour grossir le lot des gens de la classe moyenne !

Complot n°2 : « Trouve-toi un travail »

La problématique de l’emploi a atteint de nos jours une ampleur inquiétante. Etant conditionnés à travers l’école qu’il faut trouver un job à la fin de leur formation, des centaines de millions de jeunes à la sortie de l’université n’ont qu’une seule idée en tête : « trouver du travail ». Vous vous trouvez en face des jeunes bardés de diplômes mais qui n’ont aucune confiance en leur propre capacité à démarrer une affaire et créer de la valeur ajoutée. Il ne peut en être autrement : « On leur a rabattu les oreilles, des années durant, qu’il faut qu’ils trouvent un job pour réussir ».

Conséquence : Les gens sont prêts à tout pour un travail. Ils acceptent même un salaire ridicule, pourvu qu’ils sortent le matin et reviennent le soir espérant qu’un jour, leur situation financière va s’améliorer. Il y en a même qui se suicident parce qu’ils n’ont toujours pas trouvé un job. Quelle tragédie !

Complot n°3 : « Travaillez dur »

On nous a longtemps fait croire qu’il faut travailler dur et pendant longtemps pour gagner plus d’argent. C’est un mensonge, « si tu travailles dur, tu seras récompensé ». En d’autres termes « tu gagneras plus d’argent ». Il ne s’agit pas de travailler dur pour gagner plus d’argent. La richesse est un mode de pensée. Les riches ne travaillent pas pour l’argent. Ils laissent l’argent travailler pour eux. Cessez de travailler dur pour les autres et commencez par travailler intelligemment pour vous-même.

Complot n°4 : « Vivez en dessous de vos moyens »

Les spécialistes en finances personnelles recommandent avec insistance qu’il ne faut pas dépenser plus d’argent qu’on en gagne. C’est justement une façon de penser du pauvre. Cela signifie que vous fixez votre niveau financier et qu’ensuite vous faites tout en vous privant de ceci ou de cela pour ne pas franchir votre limite. Cette voiture, je ne peux pas me l’acheter, une telle maison, je ne pourrai pas la construire… Le riche au contraire définit ce dont il a besoin, ce qu’il veut réaliser et ensuite, réfléchis à y arriver. Ceci a parfaitement marché pour moi au cours de l’année passée (2014), j’ai littéralement doublé mon revenu annuel.

Complot n°5 : « Epargnez sur le long terme »

Les banques, les sociétés d’assurances ne perdent pas une seconde à expliquer les bienfaits de l’épargne. Elles encouragent les gens à y déposer leur argent en toute sécurité. Mais sachez une fois pour toute que l’argent n’est pas fait pour rester au repos. L’argent doit circuler car au repos l’argent se déprécie. Je ne vous parle pas d’épargne mensuelle, annuelle ou sur une courte durée juste pour rassembler l’argent dont on a besoin et l’investir. Mais les épargnes de 20 ans ou 30 ans vous rapportent beaucoup moins que vous l’imaginez. Investissez votre argent et laissez votre argent travailler pour vous.

Complot n°6 : « Votre maison est un actif »

Faux. La maison où vous vivez n’est pas un actif pour vous, elle ne fait que sortir de l’argent de votre poche. Avoir sa maison est présenté jadis comme un actif. Conséquence : les gens en construisent de plus en plus grandes et de plus en plus belles. Certains construisent même des maisons si grandes qu’ils sont incapables d’en assurer l’entretien. Votre maison est pour vous un passif. Vous devez lui payer les taxes, l’impôt, assurer son entretien… La maison qui n’est pas un passif est celle que vous avez mise en location et dont les frais de location dépassent les charges liées à l’entretien et au fisc.

Complot n°7 : « Méfiez-vous des dettes »

Il s’agit d’un mode de pensée divulgué et enseignée pour maintenir la grande masse dans l’ignorance financière totale : « Va à l’école, obtient un grand diplôme, trouve toi un job, travaille dur, décroche un gros salaire, épargne de l’argent pour ta retraite et, méfie-toi des dettes ». En ce qui concerne les dettes, il faut savoir qu’il y en a de bonne et de mauvaise.

Les mauvaises dettes vous rendent encore plus pauvres. Ce sont des dettes utilisées pour se procurer des passifs : cartes de crédit, motos, voitures etc… Les bonnes dettes vous rendent plus riches, ce sont celles dont vous vous servez pour acheter des actifs comme par exemple des prêts pour investir dans l’immobilier, ou pour acheter des matériels et équipements de votre business sur lequel vous avez un retour sur investissement.

 

Publicités

Où va votre argent?

Dans quoi mettez-vous votre argent ou dans quoi investissez-vous ?

Il est important que vous sachiez ce qui fait vider votre porte-monnaie. Pour certains c’est les femmes pour d’autres c’est l’alcool, pour d’autres encore c’est la cigarette, les vêtements, les chaussures, l’immobilier, les cadeaux. D’aucun vous diront leur argent est dépensé sur leurs enfants, leur femme, leur mari etc…

A vous, qui me lisez en ce moment, je vous pose la question : OU VA VOTRE ARGENT ?

Il est vrai que pour beaucoup à la fin du mois, vous touchez de l’argent. Mais quelques jours après, l’argent n’est plus là, l’argent a été dépensé tout simplement. Malheureusement le plus grand nombre des gens ne savent pas exactement dans quoi ils mettent leur argent. C’est tragique.

Il est temps de s’arrêter un moment et de répondre à cette question, votre indépendance financière en dépend. Où va votre argent ?

Comment pouvez-vous trouver la réponse appropriée à cette question ?

Il vous suffit d’enregistrer durant une période précise (un mois, deux ou une année entière) toutes les dépenses que vous avez effectuées. Ensuite vous faites le point et vous verrez clairement vos postes de dépenses des plus minimes aux plus importants. Vous serez étonnés de vous rendre compte qu’il y a certaines de vos dépenses que je qualifie d’inutiles. Vous pouvez donc revisiter avec un œil critique vos dépenses. A ce sujet, vous pouvez trouver de précieuses ressources dans mon livre Osez Décidez Devenez Riche

Une fois que vous savez ce qui absorbe votre argent, vous allez donc répondre aux deux questions suivantes :

1- Qu’avez-vous acquis à partir de vos postes de dépenses les importants ?

2- Est-ce que ces propriétés constituent pour vous des actifs ou des passifs ?

Si vous ne pouvez pas bien gérer le peu que vous gagnez aujourd’hui, vous ne pourrez pas vivre l’abondance dont vous rêvez. L’abondance résulte de la gestion durable et efficiente de la rareté. Une fois encore lisez mon livre Osez Décidez Devenez Riche pour attiser votre intelligence financière et mieux gérer vos finances personnelles.

Qutrième secret de la richesse

Ayez plusieurs sources de revenus.
Nous entendons souvent qu’il faut avoir plusieurs cordes à son arc. Mais la question que je m’en vais vous poser est ce que vous faites réellement de cette assertion que vous connaissez déjà. Je vous rappelle une fois encore cette affirmation de Thomas Edison qui dit que le plus important n’est pas ce que vous connaissez, mais ce que vous faites de ce que vous connaissez. Plus concrètement  dites-moi de combien de sources proviennent vos entrées d’argent. Faites le point de votre situation financière actuelle, ouvrez les yeux et identifiez quelles activités pouvez-vous ajouter à celles qui drainent de l’argent dans votre poche aujourd’hui. Plus que vous l’imaginer je vous apprends que beaucoup de gens ont compris ceci depuis longtemps. Tout ce que vous savez d’un riche est qu’il a l’argent, mais ce que nous ne faisons pas très souvent c’est de se demander comment est-il devenu riche et surtout quelles activités font de lui un riche. Si vous faites l’expérience, vous vous rendez compte de l’évidence de ce quatrième secret de la richesse. Multipliez tout simplement vos sources de revenus.
Je m’adresse tout d’abord à vous, salariés du secteur privé ou de la fonction publique. Je voudrais bien m’inspirer d’un article du journal Libération (France) cité par Olivier Séban dans son livre Tout le monde mérite d’être riche.
Le 18 avril 2005 Libération faisait mention d’un rapport de CERC (Centre d’Etude des Revenus et des Coûts) dans un article tiré « Pour un salaire t’as plu rien ». Le niveau de vie des ménages qui ont leur salaire pour seul revenu s’est effondré depuis 20 ans affirme une étude du CERC selon laquelle la condition salariale est aujourd’hui comparable à ce qu’elle était il y a un demi-siècle. Les récentes revendications salariales ne sont pas le fruit d’une illusion d’optique liée à l’annonce de profits boursiers records souligne l’étude. Le salaire net moyen n’a guerre connu de progression du pouvoir d’achat depuis la fin des années 1970. Au total sur les 25 dernières années, les gains du pouvoir d’achat sont restés minimes de l’ordre de 0,2 à 0,3 % par an largement inférieur à l’évolution du niveau de vie en France souligne le CERC. Cette quasi-stagnation du pouvoir d’achat, du salaire net moyen est d’autant plus remarquable que le niveau moyen de qualification de la main d’œuvre salariée n’a cessé d’augmenter tout au long de la période, relève l’étude.
A structure de qualification constante, le salaire net moyen a donc connu une perte de pouvoir d’achat comprise entre 4 et 8 % depuis 1978, estime le CERC. Cette détérioration a touché tous les salariés, qu’ils travaillent dans le secteur privé ou dans la fonction publique. Au total, le niveau de vie des ménages n’ayant que leur salaire comme revenus a fortement chuté depuis 1982. Très rapidement, dans la première moitié des années 1990, elle a marqué une  pause à partir de 1997, avant de reprendre en 2002 et 2003. Aujourd’hui, la place des ménages de salariés ou de chômeurs dans l’échelle des niveaux de vie est comparable est celle qui prévalait au milieu des années 1950, affirme le CERC.
Cet état de fait n’est pas seulement réservé à la France. Dans tous les  pays, les constats sont identiques :
•    Les riches sont de plus en plus riches
•    Les pauvres sont de plus en plus pauvres
•    Les écarts continuent de se creuser
Et ce n’est pas près de changer……
Je vous dis donc que vous devez prendre en main votre destin financier. Mais, soyez-en conscients que si vous ne le faites pas, quelqu’un d’autre le fera à votre place. Pour ma part, mon objectif sera atteint lorsque vous aurez compris qu’en dehors de votre salaire, vous devez créer une activité qui vous rapporte en plus, au moins une unité de franc (1 Euro, 1 Dollar ou 1 FCFA) par jour. ‘’Construisez un système’’ autour de cette activité et sachez que c’est dans la persistance que vous pouvez gagner cette bataille. Je ne vous apprends rien en vous disant que ce n’est pas facile. D’ailleurs rien n’est facile, même pas le fait que vous soyez salariés ! Cette activité est la vôtre et elle ne vous abandonne pas à moins que vous ayez décidé de prendre votre retraite. Par contre, l’autre activité que vous exercez est celle de votre patron ou de l’Etat et vous serez un jour contraint à partir en retraite après que tout votre jus est proprement pressuré. Pour le meilleur des cas, vous serez gratifié à la fin d’une médaille. Mais, dites-moi ce que le vieux Meka du Vieux nègre et la médaille de Ferdinand Oyono a réellement bénéficié de la médaille offerte par l’administration coloniale. Une fois encore, salariés de tout ordre, prenez en main votre destin financier.
Je viens enfin à vous chef d’entreprise et vous encourage à toujours aller de l’avant. N’oublier surtout pas que les lâcheurs ne gagnent jamais et les gagneurs ne lâchent jamais (Napoléon Hill). Je vous dis que votre entreprise doit prospérer et atteindre le maximum de sa production. Spécialisez-vous et, au lieu de vous contenter de votre environnement immédiat, viser le marché international et conformez-vous aux normes internationales. Cherchez et prenez en compte le feed-back de vos clients. Vous devez rendre compétitif votre produit et même certifier votre entreprise. Considérez un instant Bill Gates, les logiciels de son entreprise Microsoft sont vendus à travers le monde entier. Toutefois, vous pouvez également diversifier votre domaine d’intervention. Vous connaissez certainement, Monsieur Olofindji Babatundé, Directeur fondateur de l’Imprimerie Tundé. Son produit ‘’Cahier L e Papillon’’ a été vendu et continue d’être vendu dans la sous région Ouest-Africaine et notamment au Bénin. Actuellement les prestations de cette imprimerie sont d’une grande aide pour l’Education au Bénin car elle fait partie des imprimeries qui se chargent de l’impression des manuels scolaires au programmes des enseignements primaires et secondaires. Mon objectif ici n’est pas de vous présenter l’Imprimerie Tundé mais seulement vous faire part de ses  activités de façon sommaire et surtout de vous montrer sa contribution  au système éducatif béninois. Connaissez-vous Tundé Motors ?c’est aussi Olofindji Babatundé qui est le promoteur de cette  entreprise de vente de véhicules. Avez-vous entendu parler du NERICA (New Rice for Africa) qui est une variété de riz pouvant être cultivé aussi bien en zone humide et en zone moins humide. Il a fait la promotion de cette céréale à travers le Bénin. Savez-vous pourquoi il ne s’était pas contenté uniquement de son imprimerie ? Eh bien, simplement parce qu’il faut avoir plusieurs sources d’argent. Des exemples de personnalités qui émergent financièrement et qui ont plusieurs sources d’entrées d’argent sont assez nombreux à travers le monde.
Une fois encore, vous devez avoir plusieurs sources de revenus. Au départ peu importe la quantité d’argent que vous procurent les différentes sources. Une fois que le pont sera établi, vous allez en son temps vous améliorer pour multiplier vos revenus. N’oubliez surtout pas, Dieu ne vous a pas créé pauvres. A SUIVRE……

Troisième secret de la richesse

Persévérez dans  l’effort – Gagnez plus d’argent à travers votre travail

La route vers la richesse est parsemée de tant de difficultés que la majorité des gens abandonne la course. Mais, il faut vous rendre à l’évidence que les problèmes ne sont que des opportunités non encore dévoilées et qui se révèlent à ceux qui n’ont pas peur de les affronter. A ce sujet, le philosophe politique et économiste allemand Karl Marx est allé encore plus loin en soutenant que l’Humanité ne se pose jamais que les problèmes qu’elle peut résoudre. Le problème ne surgit que là où les conditions matérielles pour le résoudre existent déjà. Partout où se présente alors un problème, sachez et croyez fermement que les conditions matérielles pour le résoudre existent déjà. Il vous revient donc de chercher et de trouver la solution. Vous savez maintenant que tout problème porte en lui-même le germe de la réussite, je vous dirai donc de persévérez dans l’effort si vous voulez réussir. Mieux, si vous voulez atteindre le sommet, vous allez rencontrer plus de problèmes que la plupart des gens. Monsieur Capo-Chichi Alain créa le Projet Cerco (Centre d’Etude et de Renforcement des Connaissances) en 1998 pour ‘’récupérer’’ plus de 10 000 écoliers béninois uniquement dans le Département de l’Atlantique (Bénin) admis au CEP sans l’entrée en 6è. A l’ouverture des collèges Cerco dans les quartiers Fidjrossè et Akpakpa (Bénin) qui proposaient à l’image des collèges publiques 21 200 F CFA comme frais de scolarité. Les élèves désertaient alors les autres collèges privés dont les frais de scolarité avoisinaient 100 000 F CFA. Le jeune Directeur de Cerco qu’il était devenait un élément gênant pour le système éducatif en ce qu’il empêchait les autres collèges privés surtout d’avoir de nombreux effectifs. Les Directeurs des établissements privés furieux ont donc tenu une séance avec le Directeur Départemental de l’Education de l’Atlantique au cours de laquelle il a été décidé de fermer les deux collèges. Un fondateur d’établissement l’a même menacé après avoir enlevé son chapeau : « si vous ne fermez pas ces deux collèges, vous en subirez les conséquences, Monsieur Capo-Chichi. Sachez que si vous avez de beaux habits, nous, nous avons de vieux chiffons». La menace était sérieuse, le Directeur Départemental qui se faisait du souci pour lui, lui expliqua les intentions du vieux et conclut : « Tu as à peine 20 ans, tu as la vie devant toi. Fermes ces deux collèges et sauves ta vie, ils sont plus nombreux que toi. Ils vont te tuer». Les fondateurs d’établissement mettent leur menace à exécution, au sommet de leur furie, ils firent irruption dans le collège Cerco d’Akpakpa, ils saccagèrent tout le mobilier et demandèrent aux agents sur place de rentrer et de fermer l’établissement. Le lendemain, Monsieur Capo- Chichi se rendit sur les lieux, ouvrit les portes fermées la veille. Sur le terrain, à sa grande surprise tous les parents de la zone et même le Maire étaient venus  lui exprimer leur soutien et leur sympathie et le reste n’est qu’histoire. Aujourd’hui, ces deux collèges existent encore et l’effectif national de tous les collèges Cerco passe de 70 en 2007 avec un effectif total de 32 470 élèves. Ceci n’est qu’une illustration parmi tant d’autres et qui présente jusqu’où les hommes sont capables d’aller pour vous détourner de vos rêves. Mais si vous les laisser y parvenir, tant pis pour vous ! Sachez que la vie des grands hommes est remplie d’histoires aussi merveilleuses les unes que les autres. Et ceux qui incarnent les grandes figures de l’histoire sont ceux qui savent transformer les problèmes en fantastiques opportunités ; ceux qui savent persévérer !

Il faut persévérer dans l’effort et ne jamais se décourager face aux obstacles. Le travail est presque un remède universel, il a fondé toutes les fortunes. Vous devez aimez votre travail et persévérez dans l’effort. Cependant, la notion de travail doit aller de paire avec celle des réalisations. S’il est vrai qu’il faut aimer le travail, je ne vous conseille pas d’aimer n’importe quel travail. Faites toujours le ratio entre l’effort fourni et les retombées financières surtout lorsque vous ne travaillez pas pour votre propre compte. Au cas où vous travaillez pour votre propre compte, même si vous ne gagnez pas un rond en ce moment, persévérez car vous êtes sur la bonne voie. Le ratio dont je vous parle ici concerne ceux qui travaillent pour autrui. Cherchez donc le job le plus offrant et surtout le plus motivant pour ne pas travailler durant toute votre vie et se retrouver dans une vieillesse misérable. Il ne faut jamais vous contenter des miettes car vous pouvez et devez mieux faire. Ne perdez pas votre temps car vous avez eu une seule enfance, une seule jeunesse et vous aurez une seule vieillesse, chaque seconde est unique. Vous n’avez jamais fêté deux fois le même anniversaire, vous n’aurez pas deux fois 5 ans, 18 ans ou 46 ans par exemple. Pour ceux parmi vous qui travaillent pour la fonction publique, j’emprunte pour vous cette phrase d’Olivier Seban qui disait : … Si vous pensez que l’Etat sera toujours là pour s’occuper de votre santé et de vos retraites, vous vous mettez le doigt dans l’œil. L’Etat ne sait faire qu’une seule chose… L’Etat fabrique des pauvres toujours plus dépendants de sa capacité à régler les problèmes… S’enrichir est un investissement personnel, mais qui reste minime en regard de ce qu’il peut rapporter. Rien ne tombera dans votre assiette si vous ne faites rien pour vous enrichir. Seule l’action et la persévérance dans l’effort vous permettront de vous offrir la maison de vos rêves, une grosse voiture ou des vacances dans les coins les plus fabuleux du monde. Vous devez donc agir par vous-même et prendre votre destin financier en main. A SUIVRE…

Deuxième secret de la richesse

Augmentez votre capacité à gagner de l’argent ! APPRENEZ

Rappelons que le premier secret de la richesse est d’identifier un besoin sur le marché et trouvez un produit ou un service pour combler ce besoin. Dans ce processus d’identification des problèmes et de recherches de solutions le professionnalisme est d’une importance capitale. Tout ce que vous entreprenez de faire doit être bien fait. Voilà qui pose le problème du professionnalisme et de l’amateurisme. Le monde d’aujourd’hui est un monde de précision et de professionnalisme. Les amateurs n’y ont simplement pas leur place.
Pour gagner plus d’argent vous devez acquérir des connaissances et compétences additionnelles. Une fois que vous avez identifié un problème qui constitue un frein au développement de votre communauté, vous devez chercher une solution précise. Vous devez être en mesure de communiquer et de démontrer à n’importe qui comment votre solution peut améliorer les conditions de vie de votre communauté. Lorsque Monsieur Valentin Agon avait identifié le paludisme comme étant un frein au développement de l’Afrique, il a trouvé une solution : Apipalu. Pour démontrer à toute l’Afrique que sa solution est utile, il a étudié et trouvé que le paludisme tue chaque jour 3000 enfants en Afrique. Il indique avec précision le nombre de plasmodium qui induit le seuil infestant. La dose est précisée : une cuillère à café de API-PALU élimine 200 à 300 plasmodiums en moins de 3 heures et il conseille même de faire un test de palu avant et après le traitement. Mieux, le produit fait l’objet de protection par des brevets d’invention au plan mondial et a obtenu le Premier Prix / Prix d’excellence au salon international des remèdes naturels au Burkina Faso en 2008. Convenez avec moi qu’il ne s’agit pas d’amateurisme. La vie des grands hommes se présente toujours de la sorte, ils maîtrisent mieux que quiconque leur domaine d’intervention. Dites-moi celui qui maîtrise la bourse mieux que Warren Buffet ou qui maîtrise le marché des logiciels informatiques mieux que Bill Gates. Thomas Edison avait déposé plus de mille brevets d’inventions et n’était comparable à aucun de ses contemporains en matière d’inventions. Lorsque vous identifiez votre domaine de prédilection, visez toujours le sommet jamais atteint. Je vous mets au défi de connaître au moins une chose à fond, mieux que quiconque. Pour y arriver vous devez vous faire former, vous spécialiser, vous informer et actualiser vos connaissances.
Vous devez améliorer votre capacité à reconnaître les opportunités et à les utiliser à votre profit. Savez-vous comment y arriver ? Alors je vous demande combien de livres vous lisez par mois, par trimestre ou par an, à combien de séminaires de formations vous participer. Quelles sont les formations complémentaires que vous avez faites depuis votre sorite du collège ou de l’université ?
Enfin, vous devez dominer votre négativité et augmenter votre confiance en soi. Une fois encore je vous suggère les livres. Dans ce domaine précis je vous parlerai des livres de développement personnel qui peuvent vous amener à booster votre confiance en soi et décupler votre performance. Les audios de développement personnel vous seront aussi d’une grande importance de même que la bibliographie des grandes icones de l’histoire de l’humanité.
Les grandes compétitions sont réservées aux professionnelles. Les jeux Olympiques, la coupe du monde de basket, de football, de volleyball … (dans n’importe quelle discipline) n’appellent à compétir que des joueurs ou équipes de joueurs professionnels. Il en est de même pour la course à la richesse et la grande fortune : c’est le domaine des professionnels et des spécialistes. A SUIVRE ….

TBA a lu: L’Argent, Emile ZOLA

Quel est l’intérêt de lire un livre écrit en 1891. Qu’est ce qu’une œuvre littéraire peut nous apprendre sur le chemin de la liberté financière ?

C’est les questions que je me suis posées quand j’ai reçu ce livre de 468 pages. La réponse, (et bien sûr ce qui a fait que je l’ai lu également) est que ce livre parle d’argent. Et en matière d’argent, les vérités d’hier demeurent toujours vérités. Les temps ont changé depuis la parution de ce chef-d’œuvre, les règles ont peut-être changées aussi, dans la politique, les mœurs, mais le pouvoir de l’argent demeure le même.

Ce roman écrit à l’époque napoléonienne nous amène dans la fièvre de la bourse au 19eme siècle. Il oppose la fougue de gagner de l’argent, la passion de l’argent, de Saccard (le personnage principal) à un certain vieux juif, patron de la finance dans Paris du haut de sa fortune d’un milliard de franc de l’époque.

En lisant ce livre qui avant tout est œuvre littéraire de bonne facture (Ah oui, c’est Emile Zola), on se rend compte que l’argent obéit à des règles. Même si des civilisations se sont succédées depuis, les règles demeurent les mêmes. On voit Monsieur Saccard, passionné des affaires et  de l’argent qui ruiné par une quelconque affaire arpentant les rues de Paris à la recherche de la prochaine affaire à lancer. Il tombe fortuitement su un ingénieur intelligent qui a plein d’idées nouvelles et porteuses dans la tête. Leur association verra naitre une grandes banque de crédit avec pour but de faire tomber la vieille banque juive, millénaire et puissante et d’installer le Pape à Jérusalem. La banque créée avec le soutien de quelques gros bonnets de la finance, Monsieur Saccard, fin homme d’affaire et avide de succès fera toutes les manœuvre possibles pour monter les actions de quelques francs a l’introduction en bourses à plus de 3000 francs après seulement trois ans d’exercice. Mais l’ascension a été trop forcée, avec des manœuvres peu claires, bref beaucoup d’irrégularités. Et comme dans ces genres de situations, les actions dégringolèrent, la banque chuta, emportant dans sa chute, le Directeur Monsieur Saccard, qui se retrouva en prison et les pauvres actionnaires qui avaient misées parfois l’économie de toute une vie se sont retrouvées sans sous du jour au lendemain.

Les enseignements à tirer du livre sont nombreux. Georges CLASON disait « Toute fortune qui vient brusquement repart de la même façon ». En lisant ce livre vous découvrirez pourquoi les grands hommes d’affaires ne se définissent pas par rapport à l’affaire dans laquelle ils sont présentement mais par rapport à leur pouvoir de réussir à gagner dans n’importe quelle affaire. C’est une qualité à avoir. Le livre finit sur une réflexion qui mérite attention : « Pourquoi donc faire porter à l’argent la peine des saletés et des crimes dont il est la cause ? L’amour est-il moins souillé, lui qui crée la vie ? » Voilà qui mérite réflexion.

Quelques citations :

« Ah ! Dame ! Je ne réponds pas de la casse, on ne remue pas le monde, sans écraser les pieds de quelques passants »

« L’idée de génie, c’est de prendre dans la poche des gens l’argent qui n’y est pas encore. »

« Ce n’est rien de défendre sa vie, le pis est de défendre son argent et celui des autres.»

« Moi, je suis trop passionné, c’est évident. La raison de ma défaite n’est pas ailleurs, voilà pourquoi je me suis si souvent cassé les reins. Et il faut ajouter que, si ma passion me tue, c’est aussi ma passion qui me fait vivre. »

La source du succès

Un jour, la maison d’une femme célèbre fut cambriolée. Quand elle rentra chez elle, elle était stupéfaite. La télé, la chaine Hi-fi, le lecteur de DVD, et beaucoup de meubles ont disparu. Mais quelle grande était sa joie de remarquer que sa bibliothèque n’a pas été touchée. Le voleur n’a pas touche à un seul de ses livres.

La réaction de cette dame peut ne pas être comprise de certaines personnes, mais ceux qui connaissent l’importance des livres comprennent bien que le plus important dans une maison n’est pas la chaine Hi-fi, la télé ou autres (si importants qu’ils soient) mais bien sur les livres. Quand je rentre chez les familles riches, ce qui m’impression premièrement, c’est leur bibliothèque. Mais posez-vous la question, entre la bibliothèque et la fortune qu’est ce qui s’est installe le premier ? Les livres évidemment. A ce propos, Franklin Roosevelt disait « les livres sont la lumière qui guident la civilisation ». Les personnes dans le genre de cette dame ont compris qu’ils peuvent se faire guider par les trésors caches dans les livres.

La véritable université de nos jours est une collection de livres. Thomas Carlyle

Plusieurs personnes préfèrent passer le clair de leur temps devant la télévision ou à jouer aux jeux vidéos (c’est plus facile a faire, vous savez) mais je sais aussi que plusieurs personnes vous diront que leur distraction favorite est la lecture. De telles personnes sont souvent brillantes dans tout ce qu’elles entreprennent. Si la lecture est une bonne distraction, pourquoi ne pas en faire notre distraction, ce serait se distraire tout en allant ‘‘a l’université.’’ Ce serait dangereux et pas intelligent à la limite de s’engager dans une activité nouvelle sans s’inspirer des connaissances disponible sur le sujet. Confucius disait « réfléchir sans livre ni maitre est dangereux ».

Maintenant plus que jamais il est plus facile d’accéder aux livres. Plusieurs sites internet distribuent des livres gratuitement dans plusieurs formats et sur des sujets très varies. Sur Amazon, en quelques clics vous pouvez vous procurer des bons livres à de très petites sommes. Les livres sont la base de la connaissance, et le développement des nouvelles technologies (internet ; les plates formes de lecture comme Kindle et autres) nous rapproche beaucoup plus de la connaissance de façon plus aisée et moins couteuse.

A travers ce blog, nous allons former une nouvelle communauté pour partager nos expériences de lectures sur des sujets aussi variés que le développement personnel, les finances personnelles, le divertissement, les voyages, l’emploi, la création d’entreprises, bref tout ce qui rend la vie belle.

Restez connectés.