Gagner le jeu de la vie

William Arthur a  écrit : « Croyez pendant que les autres doutent. Planifiez pendant que les autres s’amusent. Décidez pendant que les autres remettent au lendemain. Préparez-vous pendant que les autres rêvassent. Commencez pendant que les autres se laissent à la procrastination. Travaillez pendant  que les autres souhaitent. Epargnez pendant que les autres gaspillent. Ecoutez pendant que les autres parlent. Souriez pendant que les autres renfrognent la mine. Persistez pendant que les autres abandonnent »

Pour gagner le jeu de la vie, vous avez besoin de trois choses très simples :

1-      Vous devez commencer

Ceci peut paraître évident, mais beaucoup d’entre nous sont dans le starting-block attendant que quelque chose nous donne le top.  Quelle est votre mission sur la terre ? Identifiez-le et faites-le.  Dieu vous a déjà dotés de tout ce dont vous aurez besoin. Mais en plus, ne craignez rien car Il est avec Vous.

2-      Vous devez vous donner totalement

Les plongeurs au cours des Jeux Olympiques n’économisent pas leurs efforts pour leurs derniers plongeons. Mais plutôt, ils donnent à chaque fois le maximum d’eux, augmentant leur chance de décrocher la médaille d’or. Ne laissez pas la médiocrité vous rattraper à aucun stade de votre vie.

3-      Vous ne devez jamais abandonner

Au cours des Jeux Olympiques de 1992, Derek Redmond de la Grande Bretagne était engagé dans la course pour les 400 mètres quand il fut atteint d’une déchirure au niveau de la jambe et tomba. Pendant que les autres coureurs le dépassaient en trombe, il s’efforçait de prendre appui sur le pied. Son papa les yeux couvert de larmes, descendit des tribunes et l’aida à se relever. Lentement et presque agonisant, ils ont fait le reste de la piste et ont franchi la ligne d’arrivée accompagné d’un tonnerre d’applaudissement du stade de Barcelone. Redmond n’a pas gagné une médaille, mais il a gagné quelque chose de plus important : le respect du monde.  Vous n’avez donc pas le droit d’abandonner, même si vous tombez, relevez-vous et continuez la course. Il y a toujours quelque chose à gagner au terme de la course. Au cours des compétitions d’athlétisme, chaque athlète s’efforce de battre d’abord son propre record avant même d’espérer remporter la médaille d’or. N’abandonnez donc pas quel que soit le domaine dans lequel vous intervenez, N’ABANDONNEZ JAMAIS !

Publicités

Persévérez encore

Je me suis adressé à une institution publique du Bénin dans le but de me faire établir une attestation à des fins très utiles. J’ai pu rencontrer au secrétariat un monsieur d’un certain âge qui m’a expliqué en détail les pièces à fournir à cet effet. Il s’est même proposé de m’aider. Je vais l’appelé Monsieur X pour garder l’anonymat. Une semaine plus tard c’est-à-dire le lundi 24 février 2012, j’ai été déposé les dossiers au secrétariat administratif. Monsieur X n’était pas là ce jour et lorsque je l’ai appelé, il m’a dit qu’il va s’en occuper. La réceptionniste au près de qui j’ai déposé le dossier m’a dit que dans deux semaines mon attestation serait déjà établie. Une semaine après j’ai appelé Monsieur X qui m’informa que celle qui devrait traiter le dossier est  disponible entre 11H et 14H puis entre 19H et 20H, il ajouta qu’elle s’appelle Madame Y. Une semaine plus tard c’est-à-dire le  9 mars, je suis reparti dans l’administration à 14 H dans l’idée de retirer mon attestation. Le bureau de Madame Y est fermé et je me suis dirigé vers Monsieur X qui me faisait comprendre que je devrais l’appeler avant de venir et que Madame Y vient juste de partir. Il me dit de revenir après et ajouta qu’il a fini avec moi. Je m’étais mis à lui expliquer que l’attestation fait partie des documents dont j’ai besoin pour postuler à un appel à candidature. Il dit : « moi j’ai fini avec toi ou bien tu veux acheter de la bière pour mon ami ». En fait, il y avait un monsieur avec qui il discutait avant que je n’arrive. J’ai donc compris que Monsieur X veut de l’argent. J’ai sorti un billet de 2000 F CFA que je lui ai remis. Et l’autre de réponde «  c’est ce que tu aurais du faire depuis…. tu étais là à parler français ». Monsieur X me demande de lui donner mon contact et me dit de venir le 12 mars à 11H …qu’il m’aiderait. Le 12 mars comme prévu je suis allé le voir à 11H, mais l’avais appelé à l’avance. Devant moi, Monsieur X appelle la dame en charge du dossier. Après avoir raccroché, il me dit que la dame a di t de venir à 19H. Je suis reparti donc et à 19H je suis revenu. Enfin, j’ai pu rencontrer Madame Y. Elle me dit : ton dossier n’est pas traité, reviens demain. Je suis reparti donc. Le lendemain, je suis revenu, toujours à 19H. Elle me dit « ton dossier est incomplet,  il manque la copie de ton diplôme ». Dieu merci ! J’avais mon la copie de mon diplôme avec moi. Je le lui ai remis, elle le prend et me dit de revenir le lendemain. Le lendemain je suis reparti et elle me dit que ‘attestation est déjà établie mais que le Directeur n’a pas encore apposé sa signature. Reviens demain. Ce jour là pendant que je sortais du bureau, j’ai rencontré un ancien ami qui a été affecté dans la maison pour un travail ponctuel. Je lui ai donc posé mon problème et lui ai dit « demain je voudrais que tu te rapproches de Madame Y pour voir si l’attestation est signée puis tu me feras signe ». Il me dit qu’il n’a y pas de problème. Je l’ai appelé vers la fin de la journée et il me dit que le bureau de Madame Y est resté fermé toute la journée. Malheureusement c’était le 16 mars, un vendredi. Le lundi suivant je rappelle mon ami en question et lui précise que Madame Y est accessible entre 11H et 14H puis entre 19H et 20H. Il me dit qu’il n’y a pas de problème. A 17H55 je n’ai pas eu de nouvelle de mon ami et je l’ai donc appelé. Il décrocha et me qu’il n’a pas pu voir Madame Y et me fait comprendre qu’il est en circulation pour la maison et qu’il va me rappeler. J’ai donc compris que ce dernier ne veut pas trop se gêner pour moi. J’ai alors appelé un autre ami à qui j’ai indiqué le lieu afin qu’il aille voir si l’attestation est signée. Je l’ai rappelé encore et lui dit de me retirer l’attestation si possible et au cas échéant m’informer de la signature. Quand il est parti, Madame Y l’a fait attendre pendant  45 mn sans état d’âme. Il a dû insister encore et encore avant d’avoir gain de cause. Quand il m’a appelé à 20H13mn pour m’informer qu’il a pu retirer l’attestation, je ne trouvais pas les mots pour le remercier. Il faut préciser ma résidence se situe à environ 45Km de l’institution publique où j’avais sollicité l’attestation. Malgré la distance je ne me suis pas laissé décourager. Je savais que pour y arriver il fallait persévérer. Et c’est la même détermination que je  vous recommande. Ne laisser pas les autres vous décourager. Ils sont prêts à user de tous les moyens pour vous détourner de vos objectifs. Lorsque vous aurez essayé tout votre  possible, essayez encore… Ne vous laisser pas vous envahir par le découragement.  Persévérez jusqu’à réussir.